Communication de crise : bien travailler avec des avocats 👨‍⚖️

Je sais combien travailler avec des avocats peut être déprimant pour mes confrères et consœurs communicants. Communicant de crise, je travaille pourtant efficacement tous les jours avec des avocats au service de la représentation des intérêts médiatiques et digitaux de mes clients.

Trop souvent, les efforts des communicants pour prendre l’initiative auprès des médias et des autres parties prenantes sont réduits à néant par les conseils donnés par des avocats ou juristes aux cadres dirigeants (« Ne dites rien, ne prenez pas de risques »). Les avocats et les juristes qui donnent ce genre de conseils n’ont généralement aucune expertise ou expérience quant aux relations avec les médias.
Chez certaines entreprises, pas chez mes clients, les conseils des experts en communication sont généralement ignorés au profit des conseils de juristes et avocats.

On comprend bien le point de vue des juristes. Ils sont payĂ©s pour rĂ©duire les risques pour leurs clients. Puisque toutes les dĂ©clarations faites en public comportent un Ă©lĂ©ment de risque – propos pris hors contextes, mal interprĂ©tĂ©s, mal compris, montĂ©s en Ă©pingle – il semble souvent prĂ©fĂ©rable aux juristes, dont le rĂ´le est donc de rĂ©duire les risques, de recommander aux PDG de garder le silence.
Ce n’est pas le rôle des juristes de protéger la réputation d’une entreprise, c’est le rôle des conseillers en communication.

EXPLIQUER L’IMPORTANCE DE LA COMMUNICATION AUX JURISTES

Si les avocats recommandent de ne rien dire, vous devrez discuter avec l’avocat le plus senior de l’équipe (qui pourra travailler en interne ou ĂŞtre un consultant extĂ©rieur) pour le faire changer d’avis. Certains avocats comprennent tout de suite. D’autres non.

Si cela ne marche pas, vous devrez aller plaider votre cause auprès du PDG. Celui-ci devra alors faire un choix difficile : prendre la parole afin de garder au moins en partie le contrĂ´le de la couverture mĂ©diatique, ou se taire, ce qui semble l’option la plus dangereuse. Garder le silence c’est donner le sentiment d’avoir quelque chose Ă  cacher…

LES AVOCATS SPÉCIALISÉS DANS LES MÉDIAS

Il peut ĂŞtre judicieux de faire appel Ă  un juriste spĂ©cialisĂ© dans les mĂ©dias lors des phases de planification et prĂ©paration. Je le fais souvent avec Maitre Nicolas Benoit du cabinet d’avocats Lussan par exemple. Il peut exposer l’avantage de faire une dĂ©claration d’un point de vue juridique ou règlementaire.

Ce type d’avocat sait parfaitement comment opèrent les mĂ©dias et quels sont leurs critères pour couvrir une crise. Il sait comment rĂ©duire les risques et protĂ©ger la rĂ©putation d’une entreprise, tout en communiquant.
Idéalement, les équipes juridiques et de communication devraient travailler main dans la main. Heureusement, c’est de plus en plus souvent le cas.

Le point de vue des 2 camps.

Communicant de crise, je suis un croisement improbable entre deux espèces qui se haïssent.
Depuis plus de 10 ans, j’assure la gestion de la rĂ©putation de clients aussi divers que des multinationales, des ONG, des organismes financiers, des politiciens, des cĂ©lĂ©britĂ©s, …

Mon expérience m’a amené à la conclusion suivante : le meilleur moyen de gérer une crise dans les médias est de s’allier les conseils d’un expert en communication de crise et d’un avocat qui comprenne comment sont prises les décisions éditoriales.

Une agence de communication bénéficie souvent d’une relation de longue date avec le client, et donc comprendra les principaux messages à faire passer, les aspects culturels, etc. Le juriste connaitra le cadre juridique que les médias doivent respecter. Le communicant de crise lie les deux mondes.

L’idéal stratégique, face à la crise, est de faire un usage équilibré de la carotte et du bâton.

Par Florian Silnicki